Toujours selon McKinsey (avril 2018 ce ne sera pas le secteur des professions juridiques ni même celui des consultants ou des professions libérales qui devrait le plus bénéficier en terme de création de valeur/augmentation de revenus de lIA mais la vente et le marketing (services.
Dans un deuxième temps, CLA constitue une base de données de décisions de justice sur le sujet (peu dIA là-dedans).
Mais cest lémergence des quatre technologies suivantes qui a relancé les restaurant casino sables d olonne espoirs des spécialistes de la recherche en IA le big data et surtout le (legal data) analytics.
Les stagiaires, du fait notamment de labsence de formation dédiée dans les formations universitaires et les BU, sont généralement mal outillés sur le plan méthodologique et pratique face à cette tâche.
Pour reprendre les mots de Michael Benesty : «la confiance que lon placerait dans des outils de justice prédictive implique, au cours du processus, que le calculs et les caractéristiques du modèle de prédiction soient visibles et compréhensibles par le juriste, avocat ou magistrat, qui.» Dans un entretien avec Acteurs m, Xavier Ronsin ajoute 229 : «Cest une opération complexe que la motivation intellectuelle dun juge, une opération subtile qui sarticule à un raisonnement et non à une simple corrélation ditems factuels.» Du côté des avocats, Pascal Eydoux, président.Par exemple, documenter le processus de constitution des bases de données utilisées pour la justice prédictive.Ladjectif graphique est utilisé ici dans son sens de traitant de lécriture.Luxia a lancé en janvier 2019 RegMind, une application qui fait de la veille automatisée en droit bancaire et financier (français et européen) à destination des banques et cabinets davocats 147.Sur ce sujet, voir notre billet Documentaliste : un nouveau métier, de nouveaux noms.Toutefois, si le NLP à la sauce ML détecte indirectement et implicitement le sens des mots, il ne sait pas en détecter la logique : licéité et illicéité, par exemple, risquent fort dêtre similaires pour lui.Pas de jugements de première instance pour linstant.Le futur peut-il être déduit du passé?En effet, le principe du "stare decisis" impose au juge anglo-saxon de citer les précédents pertinents et les juges casino en ligne forum bonus sans depot des cours donnent leur "opinion" autrement dit, ils commentent leur propre décision, chose impensable en France 146.Là, cependant, il ne sagit plus dIA à strictement parler, juste d"analytics" .Techniquement, lIA en droit se caractérise par lutilisation combinée : du Big data du machine learning (ML pour linstant peu utilisé et surtout du traitement du langage naturel (TAL) en anglais "natural language processing" (NLP).



A mon sens, ce nest quune fois que cette première phase de dématérialisation de la justice aura été menée à bien quil serait justifié denvisager dintroduire des outils plus "intelligents".
Il faut ajouter à toutes ces limites deux obstacles classiques : la résistance au changement, si tant est que cette résistance ne découle pas dun manque danticipation.
Le top du NLP actuel, cest lapplication du machine learning, en version non assistée, au langage, plus précisément aux textes.
Dailleurs, il vaut mieux, pour le professionnel de linformation et le juriste, comme pour leur employeur, garder la connaissance des processus métiers de base mêmes, quand bien même certains et cest là toute la contradiction ne seraient pratiquement plus utilisés.Cet implant permet de capter des informations envoyées par les neurones et de leur répondre.Côté justice judiciaire, selon Xavier Ronsin, Premier président de la cour dappel de Rennes 228 : « Lhypothèse selon laquelle des plaideurs poker strategy freeroll assistés davocats, renonceraient à aller jusquau bout dun contentieux judiciaire classique, parce quils auraient lu les résultats dun logiciel dit de "prédictibilité.Les documentalistes juridiques sont des professionnels de la recherche dans les bases de données de jurisprudence.Vers le mail dun humain .





Autre limite, le degré dacceptation par la société, encore limité (cf la dernière partie de ce billet).
Le chirurgien français Laurent Alexandre, fondateur du site Doctissimo, et partisan de lêtre humain augmenté (ou transhumanisme commentant les prédictions du singulariste (et par ailleurs employé de Google) Ray Kurzweil, estime qu «un cerveau connecté, on en est encore loin.